LATITUDES

«La Chine innove pour les masses»

Le pays se trouve désormais aux avant-postes dans le domaine des smartphones, des trains ou de la robotique. Mais une bonne partie de ces nouveautés arrivent incognito en Europe.

La Chine n’est plus seulement l’usine du monde. Depuis quelques années, le pays de 1,3 milliard d’habitants s’est mis à innover. Le directeur du Shenzhen Innovation Lab, David Li, détaille cette transformation et son impact international.

La Chine est-elle vraiment devenue un pôle d’innovation?

Il faut faire la distinction entre l’invention, qui consiste à révolutionner un domaine, et l’innovation, qui a pour but d’apporter des améliorations incrémentales à un bien ou à son processus de production. La Chine, qui ne s’est mise à investir dans la recherche fondamentale que récemment, a encore pas mal de chemin à parcourir sur le premier plan. Sur le second, en revanche, elle est devenue très forte.

Qu’est-ce qui distingue l’innovation «Made in China»?

Traditionnellement, l’innovation se déroule à l’interne d’une entreprise et les améliorations qui en résultent sont protégées par des brevets. En Chine, l’innovation est un processus ouvert et collaboratif. Un écosystème composé de petits entrepreneurs, de chercheurs et de fournisseurs se forme pour trouver une solution à un problème précis et tout un chacun peut ensuite en bénéficier. Ce modèle a notamment été rendu possible par la création d’une multitude d’innovation labs financés par le gouvernement.

Que produit ce modèle que vous décrivez?

Ces innovations non protégées font l’objet d’un nombre plus important et diversifié d’applications que celles nées dans le monde occidental. Au lieu d’être destinées à un club exclusif de early adopters, les nouveautés chinoises visent le plus large public possible. La Chine crée de l’innovation pour les masses.

Des exemples?

La Chine est aux avant-postes des communications mobiles, qu’il s’agisse de hardware (les smartphones), de software (les apps) ou de paiements mobiles.

Les nouveautés chinoises inspirent-elles les sociétés occidentales?

Cela commence à se produire dans le domaine des technologies. Par exemple, Facebook a introduit de nombreuses fonctionnalités directement inspirées par celles de Wechat, comme la possibilité d’envoyer de l’argent via Messenger.

Le marché européen est-il un objectif pour les sociétés technologiques chinoises?

L’innovation chinoise est déjà omniprésente en Occident sans forcément être visible, car les nouveautés Made in China ne sont pas toujours marketées comme telles. Les appareils de la marque  de smartphone française Wiko ont par exemple été développés à Shenzhen.  De même, le design des appareils de Philips vient de Chine. N’oublions pas non plus que de nombreux innovateurs européens, comme le fabricant de robots allemands Kuka ou le suédois Volvo, appartiennent désormais à des groupes chinois.

_______

Une version de cet article est parue dans le magazine Technologist (no 14).