LATITUDES

Poisson de labo

Arrivé à l’UNIL il y a peu, le killifish, animal au cycle de vie très court, pourrait bien révolutionner la recherche.

Petit poisson originaire du Mozambique et du Zimbabwe, le killifish a dû s’habituer aux grandes périodes de sécheresse caractéristiques de sa région d’Afrique australe. Au cours de l’évolution, il a développé un cycle de vie spécialement bref, de trois à six mois, adapté aux saisons de ses contrées natales. En cela, ce vertébré aquatique constitue un modèle révolutionnaire offrant de nouvelles possibilités pour les sciences biomédicales, en particulier pour l’étude du vieillissement.

Le laboratoire de recherche d’Alejandro Ocampo et son équipe, basé à l’UNIL au sein du Département des sciences biomédicales, bénéficie désormais de ces caractéristiques avantageuses afin de faire avancer la recherche sur le vieillissement, facteur aggravant des maladies dégénératives. Depuis janvier 2020, ils ont en effet établi la première colonie de killifish de Suisse.

Calida Mrabti, doctorante à Ocampo Lab, se réjouit de travailler avec le poisson. « De par sa durée de vie courte, le killifish permet de réduire sensiblement le temps d’expérience et présente une belle alternative aux souris et autres animaux de laboratoire. » En effet, l’animal permet d’obtenir les résultats d’expérimentations plus rapidement tout en diminuant les coûts liés à son entretien. « De plus, à l’heure où les questions éthiques sont plus importantes que jamais concernant l’expérimentation animale, l’utilisation du killifish s’intègre parfaitement dans la règle dite des trois R : réduire, raffiner, et remplacer peu à peu ces tests. »

L’Ocampo Lab possède 80 aquariums pouvant accueillir cinq poissons chacun. Actuellement, les chercheurs sont en train d’optimiser l’élevage des animaux afin de développer et régulariser les lignées. Les premiers tests afin de découvrir des médicaments antivieillissement devraient commencer au cours des mois à venir.

_______

Une version de cet article réalisé par Large Network est parue dans In Vivo magazine (no 22).

Pour vous abonner à In Vivo au prix de seulement CHF 20.- (dès 20 euros) pour 6 numéros, rendez-vous sur invivomagazine.com.