CULTURE

Visite virtuelle des espaces culturels genevois

Partir à la découverte des lieux de sortie ou de divertissement de Genève à travers une carte interactive. C’est le projet que vient de lancer le magazine en ligne «Epic».

Un travail de longue haleine s’achève pour les rédacteurs bénévoles du webzine «Epic». Imaginée il y a près de deux ans, la carte interactive mise en ligne début février sur www.epic-magazine.ch recense près de 38 lieux culturels genevois, radiographiés à travers des anecdotes et des témoignages des responsables de l’endroit en question. «L’idée de départ était de mettre en avant les acteurs qui manquent parfois de visibilité, explique Clément Bourdin, administrateur d’«Epic-Magazine». Nous voulions aussi raconter leur histoire, leur esprit, ce qui fait leur particularité.» Quelques photos en noir et blanc complètent chaque portrait. «La prise de clichés durant la journée de lieux nocturnes offre un contraste intéressant, à l’instar du club Motel Campo, installé dans un bâtiment qui sert de garage pendant la semaine.»

Théâtres, disquaires, cinémas ou boîtes de nuit, la sélection brasse large, tout en gardant une petite part de subjectivité. «Le choix initial s’est fait par affinité, remarque Julie Marti, présidente de l’association qui chapeaute le magazine en ligne. Mais ce n’est pas un projet figé, nous espérons compléter la carte au fur et à mesure en fonction de nouvelles adresses que nous découvrons ou que nous trouvons intéressantes.» Une approche qui correspond à la ligne éditoriale du magazine en ligne: «Nous pratiquons une forme de journalisme positif, en parlant toujours d’artistes ou d’événements que nous avons appréciés.» Un partenariat avec l’agenda de sorties La décadanse permet par ailleurs d’accéder directement à la programmation à venir des différentes adresses recensées.

«Epic-Magazine» fêtera son cinquième anniversaire en septembre prochain, à travers un événement dont les contours restent à préciser. Son équipe compte aujourd’hui une dizaine de contributeurs actifs: étudiants en journalisme, mais aussi passionnés de cinéma, de danse ou de photographie.

L’association est toujours à la recherche de nouvelles forces. «Nous accueillons tout profil, du moment que les personnes qui se manifestent partagent notre envie de mettre en avant des artistes locaux émergents», souligne Meryl Brucker, membre du comité. L’appel est lancé.

_______

Une version de cet article réalisé par LargeNetwork est parue dans la Tribune de Genève.