TECHNOPHILE

TIPS, le système de paiement européen

La Banque centrale européenne inaugure un système de paiement pour concurrencer les services numériques et cartes de crédit existants. Cette solution fournit aux start-up un cadre et une infrastructure commune.

Entrée dans l’ère de l’immédiateté, la Banque centrale européenne (BCE) lançait en novembre dernier son service de paiement instantané «TIPS» (Target instant payment settlement). Utilisable par les consommateurs et les entreprises de la zone euro, cette infrastructure de virement permet d’effectuer un transfert d’un compte à l’autre, à tout moment, en l’espace de quelques secondes. Un gain de temps appréciable sachant que les virements classiques prennent au minimum une journée, voire plus en cas de traitement durant le weekend.

Il suffit d’indiquer, sur le site ou dans l’application mobile de la banque dans laquelle le compte est ouvert, le numéro IBAN du destinataire ou son numéro de mobile. «Cela équivaut à se servir d’argent liquide, pour peu que l’argent se trouve sur le compte du payeur», résume Marc Bayle de Jessé, directeur général à la BCE, chargé des infrastructures de marché et des paiements.

Ce service est facturé 20 centimes d’euros par la BCE aux banques affiliées. Ces dernières gardent le choix de maintenir un système gratuit ou de le facturer à ses clients. Pour rappel, les frais d’interchange facturés aux commerçants pour les paiements par carte sont plafonnés à 0,30% pour les cartes de crédits et à 0,20% pour les cartes de débit. D’après une étude de la BCE, le paiement instantané européen pourrait représenter, d’ici cinq ans, 10 millions de transactions par jour. En comparaison, PayPal a enregistré plus de 20 millions de transactions par jour en 2017 (7,6 milliards de transactions sur l’ensemble de l’année). Huit banques de France, d’Espagne et d’Allemagne ont installé l’outil de la BCE.

Le lancement de cette infrastructure vient combler un vide dans l’offre européenne des systèmes de paiements du commerce en ligne. En effet, les entreprises actives sur ce marché sont jusqu’ici essentiellement américaines, à l’image des deux leaders du marché des cartes, Visa et Mastercard, et des récents acteurs numériques, Apple Pay ou Google Wallet.

Des paiements seulement en euro

«Le lancement du système européen de paiement envoie des signaux positifs à l’ensemble des acteurs de l’innovation», estime Laurent Oberholzer, co-fondateur de Monito, un comparateur suisse de services de transfert. En plus, la Commission européenne prévoit de changer la législation afin d’accélérer le développement de TIPS. «Pour tous les acteurs de l’innovation, cela montre qu’ils peuvent désormais compter sur l’appui de l’Europe», ajoute-t-il.

Concernant les jeunes sociétés actives dans les technologies financières, et en particulier les systèmes de paiements, le lancement de TIPS sera aussi bénéfique. «Aujourd’hui, que ce soit avec un porte-monnaie électronique comme PayPal ou un système de paiement via son opérateur mobile, tous ces systèmes doivent passer à un moment donné par le système de transfert d’argent en propre de chaque banque reliée. Avec un système standardisé entre toutes les banques comme TIPS, les start-up fintech bénéficieront d’une rapidité d’exécution des transferts à un coût moindre. Ces avancées seront déterminantes dans les modèles d’affaires.»

Seuls bémols: TIPS ne supporte que les paiements en euro pour l’instant. PayPal, lui, propose son service dans 25 devises. De plus, le concurrent américain propose également des services destinés à la protection des consommateurs et des marchands; ce que ne proposent pas les banques.

_______

Une version de cet article est parue dans le magazine en ligne Technologist, qui traite l’actualité de la recherche et de l’innovation en Europe.