TECHNOPHILE

Phraselator, la machine qui fait parler l’arabe aux Américains

La guerre du Golfe 2.0 qui s’achève a donné lieu à des découvertes intéressantes, pas seulement du côté de l’armement. Ainsi, l’appareil qui parle l’arabe, utilisé par les soldats.

Lorsqu’ils raconteront la guerre qui s’achève à leurs enfants, les Irakiens évoqueront peut-être ces curieuses machines parlantes utilisées par l’armée américaine. Le Phraselator (prononcer Frézlétor) a la forme d’un assistant électronique, pèse 500 grammes et équipe certaines troupes envoyées en Irak.

Le Phraselator est un traducteur électronique de l’anglais vers l’arabe. Le soldat américain peut sélectionner des phrases comme «Haut les mains», «Ouvrez votre sac», «Montrez-moi votre passeport», ou encore, très utile, «Nous sommes ici pour vous aider». L’appareil diffuse ensuite à haut volume une traduction arabe pré-enregistrée.

Pour choisir la phrase qu’il veut faire dire en arabe à son appareil, le soldat peut la sélectionner sur l’écran à l’aide d’un stylet, ou, mieux encore, la prononcer en anglais dans le micro. Un dispositif de reconnaissance vocale est intégré, ce qui facilite l’intéraction homme-machine, et d’une certaine manière, la communication entre les peuples…

Ce système Phraselator, développé par la firme Voxtec, basée dans le Maryland, en est encore à une phase de test. Seule une centaine d’exemplaires de cette machine, qui coûte 2’000 dollars la pièce, a été envoyée en Irak. L’année dernière, quelques unes avaient été expédiées en Afghanistan, où elles permettaient aux soldats de se faire comprendre en langue urdu, en pashtu, en dari et en arabe — mais toujours à sens unique. Car la machine ne comprend qu’une seule langue, l’anglais.

Le constructeur a aussi développé une application «civile» à usage touristique. Le module, qui peut s’installer sur un assistant comme l’iPaq, permet ainsi de dire: «La soupe est froide» ou de demander «Quel âge avez-vous?» dans des dizaines de langues, y compris l’albanais, l’iranien, le cambodgien, le cantonnais, l’hindi, le tagalog ou le vietnamien.

Ce Phraselator n’est que la première phase d’un projet très ambitieux lancé par l’Agence américaine de recherche en matière de défense, la Darpa. Son but: permettre une vraie communication multilingue, dans les deux sens cette fois-ci. Le nom de code est: Babylon Project. Il ne reste plus qu’à espérer que ce système pourra aussi être utilisé dans des situations non-militaires…