- Largeur.com - https://largeur.com -

Riviera-Chablais: cap sur la pharma et Hyperloop

Confrontée à la désindustrialisation, la région Riviera-Chablais a su se réinventer grâce aux biotechnologies, à la culture et à la mobilité.

Une version de cet article réalisé par LargeNetwork est parue dans PME Magazine.

_______

La Riviera et le Chablais ont connu tous les deux un déclin industriel important ces trente dernières années. Le taux de chômage à Vevey était ainsi de 13% au milieu des années 1990. La ville a particulièrement souffert de la fermeture des Ateliers de constructions mécaniques de Vevey (ACMV) en 1992, qui a coûté plus de 700 emplois. Autres coups durs: la disparition de la société de tabac Rinsod & Ormond en 2003 ou la délocalisation du fabricant de tubes en aluminium Tusa en 2016.

Le Chablais a connu un sort comparable, comme à Monthey avec la fermeture du constructeur de remontées mécaniques Giovanola en 2004 et la perte de plus de 700 emplois. Autre exemple: en 2015, le groupe pétrolier Tamoil a cessé les activités de sa raffinerie de Collombey-Muraz. Cette décision a entraîné la disparition de près de 250 emplois.

Toutefois, les effets négatifs de la désindustrialisation ont pu être absorbés par le développement de nouveaux secteurs économiques comme la biotechnologie dès la fin des années 1990. Le groupe pharmaceutique allemand Merck a ainsi ouvert un site de production près de Vevey en 1999, qui compte aujourd’hui, plus de 500 employés. Autre réussite, la création de l’incubateur BioArk à Monthey en 2000. Actuellement, le site accueille plus de 20 sociétés.

Une pénurie de terrains

Pour se développer, la Riviera a aussi profité de son rayonnement international. Avec la présence du siège de Nestlé, de nombreuses écoles internationales et de plusieurs événements culturels majeurs, la région possède de vrais atouts pour attirer des talents. «La Riviera offre un environnement cosmopolite et une riche tradition de l’accueil dans un cadre de vie exceptionnelle, souligne Bernard Schmid, directeur de la promotion économique Riviera-Lavaux. Le tout à une distance raisonnable des hautes écoles de Lausanne et de l’aéroport de Genève.» Mais pour que les entreprises puissent continuer à s’y développer, la région risque de manquer d’espaces: «Il y a une vraie pénurie foncière. Le territoire est saturé et vu la situation géographique, les terrains disponibles sont rares.» Pour répondre à la demande, un nouveau parc d’activité est à l’étude au-dessus de Vevey, avec comme aspect clé une haute densité d’entreprises.

Du côté du Chablais, les perspectives de développement ne manquent pas. «Le coût de l’immobilier est bas ici comparé à celui de l’Arc lémanique – un atout pour attirer des entreprises», dit Georges Mariétan, sécretaire général de Chablais Région.

Parmi les secteurs dynamiques se trouvent particulièrement la chimie (BASF, Syngenta, Huntsman, Bachem), mais aussi l’aéronautique – avec notamment APCO Technologies à Aigle – et la mobilité avec la présence de Green GT à Vouvry ou Bombardier à Villeneuve. Le secteur de la mobilité bénéficiera également des tests pour le train à grande vitesse «Hyperloop» qui seront effectués à Collombey-Muraz dès 2020.