Entrepreneurs, parlez-vous digital?

L’apprentissage des outils numériques s’étend chez les cadres et les dirigeants d’entreprise. Un moyen de garder la main sur le développement de projets et ne pas dépendre d’un prestataire.

Par Peggy Frey

Une version de cet article réalisé par LargeNetwork est parue dans PME Magazine.

_______

Faute de spécialistes en interne, la plupart des PME externalisent le développement de leur site internet ou la programmation d’applications web utiles à leurs activités en ligne. Mais confier à d’autres la réalisation de ces projets sans posséder la moindre connaissance informatique c’est prendre le risque de prestations surfacturées ou en inadéquation avec les besoins de l’entreprise.

Plusieurs formations ont récemment vu le jour en Suisse romande pour combler les lacunes des cadres et dirigeants en la matière. De quelques heures à quelques semaines, elles offrent la possibilité d’acquérir les bases pour concevoir la structure d’un site web ou maîtriser les outils les plus courants, tels que le système de gestion de contenu WordPress. Des compétences qui, dans certaines entreprises, peuvent s’avérer utiles quotidiennement.

Garder la main

Déchiffrer les lignes de code d’un programme pour en rectifier les erreurs, comprendre l’outil permettant de mettre à jour un site web, les attentes des dirigeants de PME dépassent rarement ces notions simples. «Ils n’ont ni l’envie, ni le temps de viser le niveau de compétences d’un développeur ou d’un informaticien, estime Nicolas Wirth, directeur général de l’Ifage, la fondation pour la formation des adultes à Genève. Dans nos cours, il s’agit de leur apporter une formation adaptée au métier de base et aux besoins identifiés de leur l’entreprise.»

Loin de la maitrise des algorithmes, l’objectif numéro un pour un entrepreneur reste d’avoir la main sur les éléments fondamentaux de ses plateformes numériques. Pouvoir travailler avec un développeur en comprenant son jargon, ou plutôt ses langages, se révèle aussi très utile. «Avec l’informatisation des systèmes, ignorer totalement le fonctionnement des outils numériques peut porter préjudice au fonctionnement et au développement d’une entreprise», estime Maurizio Rigamonti, président du Swiss Game Center. Dans cette association basée à Fribourg, l’apprentissage du code passe par la création d’un jeu vidéo. Pour l’apprenant, aboutir à ce résultat concret suscite la motivation et permet de transférer les compétences acquises à d’autres concepts.

Identifier ses besoins numériques

Quels sont les langages informatiques utilisés dans les supports numériques de son entreprise? Comment transférer une pensée logique, un projet d’intelligence artificielle ou un concept marketing en application web? Ces questions sont celles que doit se poser un entrepreneur avant de choisir la formation qui répond à ses besoins. «Faute de connaissances et de vocabulaire adéquat, un dirigeant a parfois du mal à formuler clairement ses attentes, note Nicolas Wirth. La discussion est le seul moyen de l’orienter vers un cours adapté ou de lui proposer du sur-mesure selon ses besoins et ses objectifs commerciaux.»

Inutile de parler couramment le JavaScript ou de connaître tout le balisage HTML, lorsque l’objectif est simplement de changer le menu d’un restaurant ou une liste de prix sur la page d’accueil de son site web. Une à deux heures de cours de code pour se familiariser avec ce qui se passe derrière l’écran, quelques questions au développeur de la plateforme seront largement suffisantes pour ne pas gaver son cerveau de connaissances superflues. En revanche, lorsque sa stratégie dépend du numérique, le niveau d’apprentissage peut être plus poussé. Pour le Neuchâtelois Michaël Dusong, fondateur de start-up dans la food tech (voir encadré), assimiler le langage informatique suit les mêmes règles que l’apprentissage d’une autre langue. «La première est difficile, les suivantes moins! Avant de créer mes plateformes de vente en ligne, je connaissais déjà l’HTML. Comme c’était insuffisant pour gérer le back-end de mon site, j’ai complété par l’apprentissage du Ruby, un langage de programmation libre.»

Décoder le site d’un concurrent

Lorsque l’essentiel de l’activité d’une entreprise se fait en ligne, savoir coder devient un réel atout. Cette compétence permet d’innover, de rester à la page en matière de nouvelles technologies ou de comprendre le site d’un concurrent. Pour un apprentissage intensif du code, il suffit de pousser la porte du Wagon. Installé à Lausanne depuis quelques mois, cette école a déjà fait ses preuves dans 20 pays et développe ses propres modules de formation. Outre une quarantaine de cours et ateliers pour s’initier au code, son produit phare, le Coding Bootcamp, forme des développeurs web en neuf semaines. En fin de cursus, les élèves mettent en pratique leurs connaissances en développant leur projet entrepreneurial. «Nous cherchons à les orienter vers des outils pratiques, automatisés, et meilleures pratiques dont ils ont besoin, explique Thibault Jaime, responsable de l’antenne lausannoise de cette académie. Le code doit être dédramatisé: connaître les bases des principaux langages informatiques et créer des éléments digitaux n’est pas si compliqué!»

_______

«Dans l’e-commerce, il est risqué de dépendre d’un développeur»

Pour une consommation juste et sans gaspillage, l’entrepreneur neuchâtelois Michaël Dusong a lancé plusieurs sociétés en ligne actives dans la food tech. Cette aventure dans l’e-commerce a débuté il y a une dizaine d’années par le labelbleu.ch, une épicerie virtuelle spécialisée dans la vente directe de produits locaux, qui occupe aujourd’hui une trentaine de salariés. «L’interface de ce site internet a été développée en Suisse. Comme sa maintenance prenait beaucoup d’ampleur, nous l’avons délocalisée en Inde», se souvient Michaël Dusong. Une solution certes économique mais qui ne lui convient pas. «Dans l’e-commerce, il est risqué de dépendre d’un développeur. Les plateformes de ventes en ligne sont complexes et dynamiques. Bien les gérer passe aussi par la maîtrise de leur fonctionnement.»

Lorsque le chef d’entreprise crée oplabio.ch pour promouvoir le bio suisse via divers sites de vente innovants, il décide de s’initier au code. «Mon objectif n’a jamais été de devenir webmaster ou développeur. Mais comme l’essentiel de mon activité se fait en ligne, je voulais apprendre les bases des principaux langages informatiques. Une formation de quelques semaines au Wagon m’a permis d’acquérir les outils utiles pour comprendre l’interface de mes sites, les modifier et les enrichir selon les besoins de mon activité.» Depuis qu’il comprend le code de ses projets, il gère ses bases de données et pense lui-même les extensions des différents portails. Ces connaissances l’ont aidé à développer son dernier concept, uglyfruits.ch. Ce site propose la vente et la livraison de «fruits moches», entendez non calibrés ou inesthétiques, dans toute la Suisse.

_______

 «Les PME ont un réel besoin de se former au digital»

Maitriser le digital en trois jours, Hugo Rosa lance ce défi aux entrepreneurs dans sa Webschool, Depuis 2018, cette école du net propose des ateliers d’une journée dans différentes villes romandes. L’un pour créer son site internet, l’autre pour optimiser son référencement sur Google et le dernier pour développer son marketing digital. «Les PME ont un réel besoin de se former au digital. Dans un univers professionnel où la presque totalité de la communication passe par le web, leur retard dans ce domaine peut influencer négativement leur compétitivité.»

Hugo Rosa en a fait l’expérience. «Je ne connaissais pas une ligne de code lorsque j’ai créé ma start-up, Museek, un réseau social dédié aux musiciens. Résultat: elle a rapidement coulé.» Raison pour laquelle, Hugo Rosa encourage tout entrepreneur confronté à la gestion d’un site ou au développement de projets numériques à s’initier un minimum au code. «Il fait partie intégrante de notre quotidien. Comprendre les bases de ce langage rend le monde qui nous entoure plus tangible.»

 _______

Adresses utiles

Le Wagon à Lausanne
Une quarantaine de cours et atelier pour comprendre la conception d’une application, le code, les interfaces de programmation et les bases de données. Pour le développement d’une activité en ligne, cette école forme des développeurs en neuf semaines. A la demande, elle intervient aussi dans les entreprises.
www.lewagon.com

Ifage à Genève
La Fondation pour la formation des adultes propose un large panel de cours en marketing digital, e-commerce, programmation et création de sites web, tout comme des ateliers thématiques spécifiques sur la cyber-sécurité, la blockchain ou l’intelligence artificielle. Le programme «Ifage entreprises» développe des formations sur-mesure pour les entreprises.
www.ifage.ch

Le Swissgame center à Fribourg
Par un apprentissage ludique via le jeu, cette association donne des workshops de programmation pour les start-ups et le grand public un peu partout en Suisse.
www.swissgamecenter.ch

La Webschool
Nomade, cette école circule entre les villes romandes et anime divers ateliers pour augmenter la visibilité des PME sur le net.
www.lawebschool.ch

_______

Apprendre en ligne

Pas le temps de prendre des cours? Envie d’apprendre en solo? Internet regorge de plateformes dédiées à l’apprentissage du code:
www.codecademy.com
openclassrooms.com
www.udemy.com
grasshopper.codes