L’amour en Suisse en chiffres

En Europe, les couples suisses sont ceux qui se marient le plus. A l’occasion de la Saint-Valentin, radiographie des relations amoureuses en terres helvétiques.

Par Erik Freudenreich

La proportion de couples suisses (avec enfants) qui sont mariés est la plus élevée en Europe: près de 79% d’entre eux se sont passés la bague au doigt. A titre de comparaison, les pays européens où l’on se marie le moins sont la France et la Suède, avec respectivement 56,7% et 54,6% de couples avec enfants qui sont mariés.

En Suisse, 4 mariages sur 10 se soldent par un divorce. Les couples italiens sont ceux qui divorcent le moins, avec un taux de 27,3%. A l’opposé du tableau, 70,4% des époux portugais se séparent définitivement, soit le taux de divorce le plus élevé enregistré en Europe.

S’il est difficile pour tous de retrouver un partenaire après une rupture, la différence entre hommes et femmes sur ce point est intéressante à relever. Se remettre en couple est plus difficile pour les femmes que pour les hommes dans toutes les tranches d’âge, et cette différence ne cesse de se renforcer.

Alors que la différence des taux entre hommes et femmes est de l’ordre de 8% pour les 25-34 ans, elle est de près de 30% pour les 55-80 ans. Ainsi, seules 3% des femmes plus âgées retrouvent un compagnon dans les cinq ans suivant une séparation, contre 33% de leurs contemporains masculins.

Plus des trois-quarts de la population suisse est actuellement en couple, selon la dernière enquête de l’Office fédéral de la statistique sur le sujet.

Une part importante de ces personnes s’est rencontrée en ligne, au moyen de sites de rencontres ou d’applications pour smartphones.

Le marché suisse des rencontres en ligne n’a cessé de croître ces dernières années. Entre 2010 et 2016, il est passé de 30,4 millions de francs à 40,8 millions, soit une augmentation spectaculaire de +34% en seulement 6 ans.

_______

Sources: Office fédéral de la statistique, Eurostat, Metaflake

_______

Graphisme: Aurélien Barrelet

______

Une version de cette infographie est parue dans la Tribune de Genève.