Des Robin des Bois 2.0 luttent pour nos données

La société genevoise PersonalData.IO aide les utilisateurs à faire valoir leurs droits auprès des entreprises informatiques qui collectent leurs données.

Par Céline Stegmüller

«Acceptez-vous les conditions générales d’utilisation?» Un clic et l’inscription est terminée: peu d’internautes prennent le temps de vérifier les dispositions contenues dans ces documents. C’est ce qui a poussé Paul-Olivier Dehaye et Jérôme Groetenbriel à fonder il y a un an et demi à Genève une entreprise qui intervient pour le compte des usagers auprès des sociétés informatiques. Ils demandent des retraits, des corrections, des transferts ou encore la suppression pure et simple des données stockées.

«J’ai commencé à réfléchir à ces questions en juin 2014, suite à l’introduction d’une plateforme de cours en ligne à l’Université de Zurich, explique Paul-Olivier, alors professeur de mathématiques. En discutant de la sécurité des données livrées dans ce cadre avec mes collègues, je me suis rendu compte que plusieurs d’entre eux sous-estimaient les enjeux liés au numérique.»

Le jeune homme enquête alors sur ses droits individuels, puis les exerce en envoyant des demandes aux géants du Web. Il présente ses démarches sur son site, très suivi par les internautes. Quelques années plus tard, lorsque Paul- Olivier recroise son vieil ami d’enfance Jérôme à Lausanne, ils décident de fonder PersonalData.IO.

Les demandes d’intervention des clients se font à l’aide d’un simple formulaire. Une lettre est ensuite envoyée à l’entreprise ciblée: la réponse parviendra directement à l’utilisateur. Si les entreprises négligent les droits des usagers, ceux-ci peuvent alors décider de déposer une plainte pénale. «Je fais très peu de compromis, je laisse difficilement tomber des combats», confie l’entrepreneur de 36 ans.

Les résultats ne tardent pas à venir pour PersonalData.IO: un de ses clients américains vient d’attaquer Cambridge Analytica en justice en Angleterre. Pour rappel, cette entreprise aurait influencé les dernières présidentielles américaines au travers des réseaux sociaux, grâce aux données récoltées sur Facebook. Ce procès pourrait faire jurisprudence et ouvrir la voie à de nombreuses plaintes: le phénomène aurait touché l’entièreté de l’électorat américain.

_______

Une version de cet article est parue dans la Tribune de Genève.