Les frères artisans d’un pain gourmand sans gluten

Lassés d’une offre boulangère peu savoureuse pour les personnes intolérantes, Timothée et Michaël Chicouri ont créé Good Food Artisans, qui livre du pain en Suisse romande.

Par Nina Seddik

«Dans notre famille, tout le monde souffre d’une intolérance à une substance ou une autre.» Pour Timothée Chicouri, 30 ans, et son frère Michaël, 28 ans, ce sont les produits laitiers et le gluten. Un épuisement chronique avait poussé le cadet à s’intéresser en premier à l’influence de la nourriture sur son bien-être. «J’ai commencé par faire des recherches tout seul, avant de prendre rendez-vous avec une nutrithérapeute qui m’a fait changer mes habitudes alimentaires. Le début d’une nouvelle vie.»

Passionnés par le lien entre alimentation et santé, les deux frères parcourent le monde après leurs études à l’École hôtelière de Lausanne. Goa, New York, Paris: ils travaillent chacun de leur côté dans des enseignes de restauration saines et bio, avec l’objectif d’engranger un maximum d’expérience.

En 2016, Timothée et Michaël se retrouvent enfin dans la même ville, et au même moment. Leur aventure entrepreneuriale commune, qu’ils baptisent Good Food Artisans, peut débuter. «Nous n’avions pas forcément en tête de créer un business, notre intention était surtout de faciliter la vie des gens intolérants au gluten, note Michaël. Nous avons été tellement frustrés par les sorties au restaurant où nous devions nous contenter d’un mauvais plat parce qu’il n’y avait aucune alternative qui nous était destinée.» Et pourquoi avoir choisi le pain comme produit phare? «Du bon pain frais, c’est quelque chose qui nous manquait beaucoup. En plus, cela demande un certain savoir-faire, il y a une vraie valeur ajoutée en termes de travail.»

Consommateurs exigeants, ils le sont tout autant derrière les fourneaux: les trois types de pains qu’ils proposent sont préparés à base d’un assemblage de farines bio de riz, de sarrasin et de fécule de pomme de terre. Une exigence récompensée: depuis leur laboratoire de Corcellesle-Jorat (VD), ils livrent aujourd’hui 1500 pains par mois à une vingtaine de restaurants et épiceries de la région. «Notre objectif est de tripler la production et de nous développer dans toute la Suisse.»

_______

Une version de cet article est parue dans la Tribune de Genève.